Libellés

dimanche 4 juillet 2021

Cheveux aux vents T01 les écappées

 Titre : Cheveux aux vents T-1 Les échapées

 Auteur : Garance Solveg

Éditeur : Ex Aequo 

Langue : Française

Pages : 177

ISBN : 979-10-388-0050-2

Prix : Broché  : 16€ Ebook 3,99€

Présentation tiktok  : Cheveux aux vents tiktok




L'auteur : 

Bio du livre : "Garance Solveg partage son temps entre sa famille, sa passion pour l'écriture et son activité de juriste. Cheveux aux vents est son premier roman. L'auteur y rend un hommage à ces femmes qui, chaque jour dans le monde, osent, luttent et risquent leur vie pour devenir maîtresse de leur destinée "

J'ai eu la chance de discuter avec Garance de ce premier roman. Plus que porter la voix des femmes en quête de liberté cette auteure sensible est particulièrement touchée par les injustices et les atrocités de notre civilisation. C'est une belle âme, riche de ses expériences et de sa foie en un monde meilleur. 


Quatrième de couverture : 











Ca parle de quoi ? 


Après avoir vécu la guerre, le village de Belrem pense ses plaies,  retrouve son calme et ses codes. 

Les femmes servent les hommes, les pères sont maîtres en leur demeure et les jeunes filles, passé l'enfance, se plient aux us et coutumes que se doivent de respecter chacun tant dans sa tenue que dans son attitude. Maïdann et Alma sont sœurs. Maïdann l'aînée, favorite de son père est soumise quant Alma d'un an sa cadette souffre de cette vie soumise au bon vouloir des hommes qui tiennent leurs destinée au creux de leurs mains. Lorsque leur père décide de marier Maïdann au riche notaire libidineux du village, Alma se révolte supplie, fulmine, se rebelle mais elle n'obtiendra que les coups de son père et la résignation de sa sœur. Alma ne compte pas en rester là et parvient à convaincre sa sœur de s'enfuir avec elle, à l'approche du mariage cette dernière prend de plus en plus conscience de la lourdeur de son destin et cède à la folle idée de s' échapper. Elles partent donc pour Staven où leur Tante Thaïs, d'après ce qui se raconte au village, aurait trouvé une vie meilleur, libérée du carcan phallocratique. C'est à Nydra, un quartier pauvre de la ville la plus riche du pays que les filles retrouveront la vielle femme. Sous son aile est obtienne emploi et logement et peuvent enfin rêver d'une vie libérée du patriarcat. Mais a Staven comme ailleurs les hommes s'indigent et fustige l'émancipation des femmes. La colère couve sous le chômage des hommes, la libération de la femme et la pauvreté. 


J'en ai pensé quoi ?

Ce roman engagé est une pépite. On y ressent l'inspiration de l'auteure puisée dans un voyage en Algérie et la qualité de ses recherches. On y perçoit également sa sensibilité. L'écriture est fluide et douce ce qui accentue la puissance des thèmes abordés dans le livre. 

Bien que les lieux soient fictifs par choix de mettre l'accent sur le thème universel de la chasse aux sorcières ils sont particulièrement bien écrient, riches de détails et nous transporte dans cette ville où se côtoient l'extrême pauvreté et l'extrême richesse. Nydra est un quartier pauvre où le chômage des hommes est particulièrement élevé et la libération de la femme en marche avec tout ce que cela peut entrainer de tensions. Alpha Tanker est un quartier riche où vivent les cadres et hauts fonctionnaires des compagnies pétrolières. Là bas tout est beau, propre, il y a de la verdure, des centres commerciaux, des cinémas et toute sorte de lieux de détente. Le décalage entre les deux mondes confère à Alpha Tanker une aura futuriste et moderne qui accentue l'esprit archaïque régnant à Nydra. 

Les personnages sont tous très bien construit et l'ensemble des protagonistes est particulièrement crédibles et représentatif de ce que pourrait être la population d'un quartier comme celui-ci. 

Au début du livre Alma est en quête de liberté, elle vit très mal les codes de son village et cherche à s'en libérer. C'est elle qui convainc sa sœur, plus soumise, de partir. Mais arrivée à Nydra Alma tout en trouvant la liberté dans la danse garde les codes incombant aux femmes, la tenue, l'attitude quand Maidann,  s'en libère totalement. Lorsque j'ai demandé à Garance à quoi était dû ce revirement elle m'explique : 

En effet, j’ai voulu montrer que l’émancipation peut prendre des formes très variées selon les personnes. Alma trouve sa libération dans le travail et l’apprentissage de la danse, tout en conservant une approche assez traditionnelle en matière d’habillement et de relations hommes/femmes. Cela fait aussi partie de l’ambivalence du personnage : Alma n’est pas parfaite, elle n’est pas encore affranchie de certains préjugés de la culture dans laquelle elle a grandi. C’est au terme d’un long cheminement qu’elle se libèrera. Maïdann, elle, éprouve d’emblée une sorte de coup de foudre amoureux pour Salomé, une jeune fille très délurée qui s’habille comme ça lui chante et a déjà une grande expérience en matière de relations amoureuses. L’émancipation est ici plus explosive, radicale et sans compromis comme elle peut l’être à l’adolescence. 

Le trio est au cœur du roman, chacune avec sa propre liberté, son propre cheminement sous le regard bienveillant de Thaïs, vielle femme sage elles est un refuge, une aile protectrice et bienveillante. Elle a trouvé sa voie au travers de la musique . C'est d'ailleurs grâce à elle qu'Alma découvre la danse et la liberté que cela lui apporte. C'est un des autres points fort de ce livre la rédemption par l'art. Je suis moins d'accord avec le therme de rédemption qu'a employé Garance lors de notre échange car il induit que ces femmes ont des choses à se faire pardonner. Mais je sais que ça n'est pas de ce sens que l'auteure l'a employé. 

Parmi les protagonistes masculins il y a Seth, un prêcheur radicalisé qui exhorte les hommes à reprendre leur place et leur quartier. Topias, un opportuniste qui loue aux femmes leur logement tout en criant au scandale de leur état de femmes libres. Il se rangera facilement dans le camps du patriarcat.  Dan est un chômeur conscient de sa laideur et souffrant de la solitude. Prêt à tout pour un avenir meilleur le mal qu'il fera relève plus de la bêtise que de la conviction. Et Tagio qui a plus d'épaisseur. C'est un personnage complexe. Elevé dans les tradition il doit quitter son village et sa famille pour se donner une chance de vivre mieux. Arrivé dans la capitale la vie lui à nuancer son jugement. Ni vraiment pour ni vraiment contre les modes de vie qui s'opposent c'est par amour qu'il choisira un camps, celui de Maïdann dont il s'est épris à la seconde où il l'a rencontrée. 

La multiplicité des personnages pourraient nous perdre mais leur crédibilité associée à la richesse de l'univers proposé par Garance nous emporte au cœur de ce livre, de Nydra où comme tous nous connaissons chacun. 


Infos en vrac

Pour certains passage Garance s'est inspirée de faits réelles notamment l'affaire des femmes violentée de Hassi Ressaoud, Algérie en 2001 un livre de recueil de témoignage est disponible aux éditions max milo .

La première scène écrite est la dernière du livre. La fin était donc " écrite d'avance" c'est la cas de le dire . 

Ce roman ne devait pas en être un. Il s'agissait d'un texte réalisé lors d'un atelier d'écriture au retour d'un voyage en Algérie. 

Thaïs est un personnage inspiré des cheikhates .

Le personnage préféré de l'auteure est Salomé pour son côté rebelle. Celui qu'elle aime le moins Topias pour tout ce qu'il représente .

Mes personnages préférés sont Thaïs pour sa force tranquille et sa sagesse et Tiago pour son évolution. Celui que j'aime le moins c'est Shet à cause de ce qu'il représente. 


Une anecdote de l'auteur : 

 Je n’hésite pas à mouiller la chemise pour écrire mes scènes😊 Cheveux aux vents comporte par exemple de nombreuses scènes de danse, difficiles à écrire pour moi, qui n’ai pas précisément le rythme dans la peau ! C’est ainsi que j’ai visionné des dizaines et des dizaines de fois la mythique scène de danse du ventre du film La graine et le mulet, interprétée par Hafsia Herzi .

Je l’ai visionnée et visionnée encore, décomposant les moindres gestes de la danseuse pour tenter de les restituer dans mon écriture. Je me suis même acheté un DVD de danse orientale pour apprendre les pas de base (ou du moins essayer) et me mettre dans la peau d’une danseuse débutante ! Cela m’a aidée à restituer de manière plus réaliste les difficultés d’Alma lorsqu’elle commence son apprentissage.


En bref : 

Un roman captivant qui donne envie de connaître la suite 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Extrait "Jane Eyre" Charlotte Brontë

Présentation : J'ai découvert les sœurs Brontë il y a des années, comme beaucoup dans un cours de Français. Ce texte compte ...